Marc Giai-Miniet

Categories SculpturePosted on

Les « boîtes » sont apparues assez tardivement dans mon travail de peintre,comme un prolongement naturel et nécessaire, et en sont devenues un élément indissociable, son double ludique. Comme une réminiscence de mon désir d’adolescent de faire du théâtre, et peut-être même du plus profond encore de mes souvenirs, de jeux d’enfant entre batailles rangées de figurines et trains électriques installés sous la table de la salle à manger familiale. Ces « boîtes », au départ de leur fabrication dans les années 92-93, reprenaient les thèmes de mes tableaux : scène du décervelage, visite aux momies, agitation des larves et transfusions diverses. Des petits personnages découpés dans du carton figuraient le ballet ironique et existentiel de ma peinture. Au fil du travail, les constructions devenant de plus en plus grandes, les personnages ont disparu et des livres, des bibliothèques entières ont pris place conjointement aux laboratoires, aux salles de stockage, d’attente ou d’interrogatoires, aux cellules, escaliers, coursives, fours, égouts ou quais de partance…

Marc Giai-Miniet